la gadoue la gadoue la gadoue

Publié le par Yoann

Nous sommes vendredi, il est 15 heures et la semaine est terminée. C’est donc le moment pour moi de vous narrer mes péripéties du week end dernier.

Point de carême pour moi en cette période pascale. : Nous commençons donc par un petit repas fort sympathiP1030114que le vendredi soir avec petite soirée pour se coucher tôt et être en forme le lendemain. Nous décollons à 10h30 direction plein est par la plaine des cafres. Après un arrêt pour achete r des fromages péi (il faut bien se servir de ses relations dans la filière lait) direction la forêt de Bebourg et un dépaysement total. Le passage du coté est s’accompagne d’un changement de décor impressionnant : après les verts pâturages de l’ouest voici venir la forêt tropicale et ses fougères arborescentes, sa pluviométrie à faire passer la Bretagne pour un désert et sa  foultitude de cheP1030139mins de randonnées.

Notre objectif est double : tout d’abord le ba ssin des hirondelles puis le cassé de Takamaka.

Autant la marche de la semaine dernière était aride et minérale, autant celle-ci est boueuse et luxuriante. Nous abandonnons bien vite notre propreté au bord du chemin pour patauger dans la bonne vieille gadoue des familles. Le bassin des hirondelles nous accueille tel une aire de pique-nique parfaite. L’eau est froide mais cela ne nous empêche pas d’aller faire un tour dans la grotte servant de P1030153terrain de jeu des dits volatiles.

 

 

Après ce rafraichissement une dalle de pierre nous permet de comprendre les margouillats au soleil. On crame pendant une petite heure en changeant de face régulièrement.

Nous repartons pour le cassé de Takamaka situé à 2,5km de notre aire d’alimentation. Le décor est le même et la boue aussi. C’est vraiment trop drôle de courir dans les flaques sans se soucier d’être sale ou non… Néanmoins je désenchante assez vite (j’ai laisser les autres derrière pour tracer à mon rythme). 

En effet arriver à 5 mètres du point de vue je tombe sur ce panneau : 

P1030175

Bien évidemment on ne voit rien à ce niveau, je commence donc à faire P1030170quelques photos d’un petit oiseau qui veut bien poser pour moi, pas farouche pour deux so us.

 

 

 

 

Les autres me rejoignent et comme le panneau semble bien agé nous ne le prenons pas au sérieux. Pas rassuré, nous nous approchons à tour de rôle de la barrière, juste assez pour sentir que la couche de terre nous épargnant une chute d’un petit kilomètre sonne étrangement creux sous nos pieds…

P1030180Voilà comment un petit bout de bois vous gache une randonnée et un point de vue.

Je fais le retour à la voiture en courant (je me prépare pour des marches un peu plus difficile) et nous voilà reparti pour saint Pierre. Nous roulons à le long des coulées de laves pour deux heures et demi de route côtière. C’est les vacances.

Arrivée à la case un barbecue s’impose tout naturellement avec la soirée qui va avec. En effet demain c’est dimanche et qui dit dimanche dit étang salé. Pas de chance la plage ne veut pas de nous et c’est sous des trombes d’eau que nous rentrons précipitamment à la case. Le soir même petite soirée, la météo ne semble pas clémente pour le lendemain contrariant nos projet. Dommage que météo France soit si nase car un jour tout beau nous réveille le lundi… D’un commun accord nous jurons de partir en vadrouille sans plus jamais écouter les informations dispenser par ces oiseaux de pluies.

Il est lundi, nous partons pour la plaine des cafres afin de refaire le stock de fromages. Cela nous permet également de prendre une prune pour papier de la voiture non réglementaire. Une fin de long week end toute pourri, tant pis c’est le jeu.

Il est lundi soir heureusement que la semaine s’annonce courte pour repartir à l’aventure.

Et vue qu'elles sont vraiment trop jolies revoila un petit coup de fougères arborescentes:

P1030144

 

Publié dans En vadrouille

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article